Retraites et indemnités des députés, Madame Nadia SALAH serait elle aussi de la partie ?

Driss ELAZAMI ELIDRISSI
السبت, أكتوبر 24, 2020 - 11:15
Retraites et indemnités des députés, Madame Nadia SALAH serait elle aussi de la partie ?

21 octobre 2020
Dans la lignée de la campagne de dénigrement menée, avec vidéos malicieusement tronquées et arrangées, contre mon intervention au Parlement le mardi 13 octobre courant, au sujet des retraites et indemnités des parlementaires, Madame Nadia SALAH s’est également invitée à travers son éditorial du 20 octobre 2020, intitulé «Tu paies... », où elle a voulu encensé et loué qui elle veut en lui attribuant, à tort, le droit d’auteur du travail fait et du résultat final menant à la dissolution du régime de retraites des députés, et en affirmant, par ailleurs, une contrevérité « Driss ELAZAMI ELIDRISSI s’y est opposé dès le début. »
C’est l'éthique de la presse à l’envers. Moi, qui au nom de mon Groupe, ai fait le job pour aboutir in fine à la dissolution de ce régime se trouve accusé et, à l’inverse, celui qui s’y est opposé s'en sort honoré avec les lauriers des autres.
En effet, la vérité sur ce dossier, et avec preuves disponibles à l’appui pour ceux de bonne foi, est que le Groupe PJD à la Chambre des représentants est le premier Groupe à avoir déposé une proposition de loi visant la dissolution du régime de retraites des députés, que j’ai moi-même signée, le 17 janvier 2018, en tant que Président du Groupe, trois mois après l’arrêt du régime.
De son côté, le Chef de gouvernement a refusé, depuis le début, catégoriquement et solennellement de verser un seul dirham du budget de l’Etat pour venir au secours de ce régime et a signifié sa position ferme au Président de la Chambre des représentants.
Concernant mon affirmation «On ne va pas travailler pour rien» et qui concernait exclusivement les indemnités des députés, ma position est claire, et je persiste et signe cette position de principe, que je continuerai de défendre contre toute démagogie et populisme. Oui, les parlementaires doivent recevoir des indemnités pour le service rendu durant leur mandat et ce, au moins pour deux raisons capitales pour notre démocratie.
La première consiste à sauvegarder la diversité sociale de la représentation nationale en favorisant l’accès au Parlement à toutes les couches de la société et en évitant qu’il ne se transforme en une caste de nantis. La deuxième consiste à protéger les parlementaires contre toute tentation au regard de la masse importante des intérêts traités au Parlement. C’est en fait une soupape de sécurité pour protéger notre démocratie représentative.
Je comprends qu’il est difficile, voire impossible, pour Madame Nadia SALAH de reconnaître ou d’attribuer des réalisations de quelques natures qu'elles soient au PJD, mais ce que je ne comprends pas c’est le fait que son choix éditorial ait été étayé par des mensonges à un moment ou les documents et la vérité sont là. Car, ce choix finit malheureusement par tétaniser l’objectivité, le professionnalisme et la recherche de vérité chaque fois que votre adversaire cible est visé et que vous croyez avoir trouvé l’occasion de lui asséner le coup fatal.
Mme SALAH, pour cette inversion manifeste des faits et de la vérité de la part d'un journal comme l’économiste qui se veut professionnel et sérieux, cet éditorial tendancieux mérite au minimum un rectificatif et, avec un peu plus de courage, une excuse.

التعليقات

أضف تعليقك